Salaires des grands patrons : quid du transport et de la logistique ?

2 commentaires
carlos Tavares PSA 2

Carlos Tavares

C’est la polémique qui enfle, en ce lundi de Pâques : en moins d’une année, la rémunération de Carlos Tavares, le président du directoire de PSA, a quasiment doublé en 2015, passant à plus de 5 millions d’euros annuels, sans compter les primes et autres intéressements annexes. Carlos Ghosn, PDG de Renault, s’est pour sa part vu rémunérer à hauteur de plus de 7 millions d’euros, l’an dernier, auxquels s’ajoutent les 8 millions d’euros versés au titre de sa rémunération chez Nissan, dont il est aussi le patron. Chez Ford, Mark Fields touche 18.5 millions de dollars annuels, quand Dieter Zetsche, patron de Demler Mercedes, déclare 9.7 millions d’euros. Des revenus annuels qui, bien sûr, viennent chaque année grossir le patrimoine de ces leaders de l’industrie automobile, tous classés parmi les grandes fortunes mondiales. L’automobile : un secteur clé de l’économie française, qu’il tire ou qu’il noie selon ses états de forme, devenu désormais le symbole de ces « salaires de patrons » de plus en plus décriés, par l’Etat, parfois actionnaire, mais aussi et surtout par les salariés, qui s’estiment exclus de la liste des bénéficiaires de la reprise. L’occasion de s’interroger, plus globalement, sur la fortune des grands dirigeants, et en particulier dans les deux domaines qui nous intéressent : le transport et la logistique. Salaire, revenus annuels ou fortunes globales, les chiffres ne sont pas toujours faciles à trouver… Voici ceux que nous avons dénichés pour vous !

 

Vincent Bollore

Vincent Bolloré

D’abord, forcément, on ne peut pas ne pas citer Vincent Bolloré : l’homme d’affaires breton, célèbre pour son empire médiatique, est aussi un acteur historique du transport, de la gestion portuaire et de la logistique, des branches de son activité aujourd’hui gérées par son fils, Cyrille. La fortune de Vincent Bolloré est estimée, pour 2015 et selon le classement du magazine économique Challenges, à plus de 11 000 millions d’euros. Il aurait touché, en 2014, un salaire de PDG de 2.8 millions d’euros. Autre acteur clé du transport : Jacques D’Armand de Chateauvieux, patron du groupe Bourbon, leader mondial du fret maritime, émarge pour 2015 à 680 millions d’euros. Tandis que, du côté de chez Norbert Dentressangle, le fondateur du groupe éponyme au chiffre d’affaires estimé à 4 milliards d’euros, on affiche une fortune passée de 297 millions d’euros en 2005 à 1100 millions d’euros en 2015. Un bond en avant qui s’explique en grande partie par la vente, l’année Dentressangledernière, de ses parts à l’américain XPO Logistics (voir notre article). Autre grand patron du secteur : Jean-Paul Dubreuil, le vendéen à la tête du groupe de transport, logistique et hôtellerie Dubreuil. Lui, affiche 380 millions d’euros en 2015. Lucien Deret et sa famille, à la tête du groupe Deret Transport, déclarent une fortune de 150 millions d’euros pour 2015. Quant à Philippe Michel, patron de la société de transport Transalliance, il émarge en 2015 à 120 millions d’euros (+20% par rapport à 2014). Dans la Drôme, Jacky Perrenot, du groupe de transport du même nom, est classé 450ème fortune française avec une fortune estimée à 110 millions d’euros en 2015. Nicolas Olano, qui détient 80% du groupe Olano spécialisé dans le transport frigorifique, est 458eme fortune de France avec une fortune estimée à 100 millions d’euros en 2015. Enfin, spécialisé dans les convois exceptionnels, Jean-François Torres, PDG du groupe Altead Transport, affiche une fortune de  90 millions d’euros en 2015 après avoir repris Marchal.

 

AirbusDans l’aéronautique, en 2014 Thomas Enders a touché une rémunération globale d’un peu plus de 3 millions d’euros en tant que PDG de Airbus Group. Didier Domange, principal actionnaire de l’équipementier aéronautique Zodiac Aerospace, dont il est président du conseil de surveillance, affiche une fortune globale estimée à 1050 millions d’euros en 2015. Toujours dans cette branche, la fortune de Jean-Claude Maillard, PDG fondateur du groupe Figeac Aero, est estimée pour 2015 à 510 millions d’euros. La famille Daher, à la tête du groupe de transport du même nom, se positionne, elle, à 340 millions d’euros en 2015. Dans l’aéronautique toujours, Rodolphe Marchais, fondateur de Tat Group, est à 290 millions d’euros en 2015. Du côté du transport aérien, Alexandre de Juniac, PDG de Air France KLM, a touché 645 000 euros en 2014 (chiffre 2015 invérifiable). Carolyn McCall, PDG d’EasyJet, a touché en 2014 un salaire de 645 000 livres sterling, sans compter des bonus à hauteur de 7 millions de £ !

 

Guillaume Pepy SNCF

Guillaume Pépy

Enfin, pour le train, Jacques Gounon a touché une rémunération globale d’un peu plus de 1 million d’euros en 2014, en tant que PDG D’Eurotunnel. Pierre Mongin, PDG de la RATP jusqu’au 17 mars 2015, gagnait 400 000 euros brut annuels. Guillaume Pépy, patron de la SNCF, émarge à 450 000 euros brut annuels. Un dirigeant d’aéroport gagne entre 166 000 euros brut annuels pour un petit aéroport, et 450 000 euros brut annuels pour Aéroports de Paris. Enfin, un directeur de zone portuaire gagne entre 136 000 euros brut annuels (Bordeaux, La Rochelle) et 174 000 euros brut annuels (Le Havre, Marseille).

 

Jacques-Antoine Granjon

Jacques-Antoine Granjon avec François Hollande

Côté logistique, les dirigeants des groupes qui ont le vent en poupe sont eux aussi rémunérés à hauteur de leur succès : Michaël Benabou, patron de la Financière Saint-James et cofondateur du site de e-commerce venteprivee.com, est coté à 600 millions d’euros en 2015, tandis que Jacques-Antoine Granjon, autre fondateur et toujours PDG de venteprivee.com, possède une fortune estimée en 2015 à 800 millions d’euros. Et le 3eme cofondateur, Julien Sorbac, 430 millions d’euros. Claude Faure, qui détient la dynamique société de transport et logistique FM Logistic, très active en Europe et au Brésil, s’affiche à 500 millions d’euros pour 2015. Thierry Petit et David Dayan, fondateurs du site showroomprive.com, seraient à la tête en 2015 de 480 millions d’euros d’avoirs. Sophie Talbot, fondatrice du groupe de logistique Necotrans, rival de Bolloré et spécialisé dans le transport et la logistique en Afrique, est classée dans la tranche des 350 millions d’euros annuels. Eric Hémar, ancien magistrat de la Cour des Comptes à la tête du groupe ID Logistics depuis 2001, s’affiche pour 2015 à la tête d’une fortune estimée à 310 millions d’euros. Jean Schmidt, le Strasbourgeois qui possède la société Heppner Transport, enregistre une hausse de plus de 30% de son pactole en 2015 : 120 Geodismillions d’euros. Spécialisée dans l’emballage et le conditionnement, la société Raja-Distribution est tenue par Danièle Kapel-Marcovici et sa famille. Fortune en 2015 : 330 millions d’euros. Autre leader européen, dans le carton ondulé cette fois, la société Rossmann : Bernard Rossmann serait à la tête, en 2015, de 150 millions d’euros. Jean-Luc Petithuguenin, à la tête de Parec Group, spécialiste du transport et de la logistique dans le secteur du recyclage (voir notre article). Dans le recyclage toujours, Daniel Derichebourg, PDG fondateur de Derichebourg Services, pointe à 270 millions d’euros. Dans la messagerie, Jean-Paul Bailly, directeur du groupe La Poste, touchait en 2014 un salaire total (fixe + variable) de 450 000 euros annuels ; pour le groupe Geopost, le PDG Paul-Marie Chavanne gagnait en 2014 un total de 292 500 euros annuels ; Marie-Christine Lombard, Présidente du directoire de Geodis, gagnerait 450 000 euros annuels, le plafond maximal pour les salaires de patrons d’entreprises publiques.

 

 

2 réflexions au sujet de « Salaires des grands patrons : quid du transport et de la logistique ? »

  1. nono9349

    Rémunération abusive et monstrueuse, non justifiée pour des patrons souvent mal-honnête qui touchent des bonus même quand les société s’écroulent.
    Un salaire de 10 000 fois le salaire du moins payé pour une entreprise de 10 000 salarié devrait être un maximum par exemple, donc en fonction de l’effectif.
    Ne plus tolérer de cumul de salaire, peut-on raisonnablement réussir un soit disant temps plein dans 2 sociétés en simultané ?
    Il faut que nos eunuques de politicien prennent leurs responsabilités et légifère un peu de façon raisonnable et honnête pour une fois.
    Il faut aussi enfin légiférer pour protéger les Français, les vrais contre les agressions de tous genres que même les médiats étouffent à la demande des politiques en faveur des immigrés.

    Répondre
  2. OLIVIER

    un article largement sourcé, et qui balaye largment l’ensemble des rémunérations , on se focalise souvent sur l’automobile car beaucoup trop de médias ne parlent et ne font référence qu’a cela mais comparativement aux chiffres d’affaires , aux salaires moyens des employés et au difficultés finacieres le transport routier est une référence d’inégalités , moins dans le transport aérien et le ferroviaire ……
    en tous cas MERCI pour cet article

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *