Aigle Azur, XL Airways…. Et pourtant, le transport aérien français va bien : comment rebondir

4 commentaires

Aigle Azur liquidée, XL Airways en sursis (une offre de reprise de dernière minute vient d’être déposée par un ancien actionnaire de la compagnie) : au total, entre 1150 et 1500 salariés sur le carreau ou en situation de stress intense, avec un contrat de travail sur la sellette. L’actualité immédiate de ces deux compagnies laisse à penser que le transport aérien va mal et pourtant… 

 

Tous les spécialistes s’accordent à dire que c’est faux, c’est un secteur qui au contraire – les Assises du Transport Aérien organisées il y a quelques mois en témoignent – est en reprise de croissance depuis 2017, après plusieurs années d’érosion du pavillon français. D’ailleurs, plusieurs autres compagnies, comme le groupe Dubrueil ( Air Caraïbes, French Bee, Newloc SAS, Gonnin Duris SAS, PLUS), ont d’ores et déjà fait savoir aux personnels concernés par ces faillites qu’ils étaient les bienvenus s’ils souhaitaient postuler…

 

« Le fait que l’une de ces compagnies, XL Airways, arrête ses activités, que l’autre soit en suspens après l’offre de reprise surprise déposée ce mercredi 2 octobre 2019 par Lu Azur, la société de Gérard Houa, un des actionnaires minoritaires d’Aigle Azur, va certes créer quelques vagues au sein de l’aérien français mais rien que des frémissements sans conséquences pour l’emploi, car les personnels qui perdent leur travail dans ce secteur en ce moment ont quasiment 100% de chances d’être réembauchés juste derrière par une autre compagnie », explique la FNAM (Fédération Nationale de l’Aviation Marchande). « Les syndicats font leur travail en déplorant ces faillites et leurs répercussions sociales, mais si on regarde les choses avec objectivité, le transport aérien va bien en France, tous les experts sont unanimes sur le sujet ».

 

De fait, les chiffres sont là : depuis 2017, les effectifs sont en hausse dans les entreprises dédiées au trafic aérien en France : +2% il y a deux ans, +2% à nouveau en 2018, et la tendance se confirme pour 2019 en dépit de ces turbulences économiques d’automne. « Les perspectives de recrutement dans le secteur sont actuellement très importantes », analyse l’Observatoire des Métiers de l’Aérien. « Les dernières Assises du Transport Aérien, réunies en mars 2019, ont prouvé que la population active qui travaille dans cette partie de l’économie française est vieillissante, et qu’un quart des salariés de l’aérien en France seront à la retraite dans dix ans. Ce qui signifie que le renouvellement des générations est en train de se faire et que les compagnies ont tout intérêt à anticiper : 21 000 départs en retraite sont prévus d’ici 2030 ! Ce qui signifie qu’avec en plus les prévisions de croissance du secteur (lire notre article), il faudra aux compagnies françaises embaucher à tout le moins 4500 à 5000 personnes à court terme, dans les deux ou trois ans qui viennent, et au moins 22 000 d’ici la fin de la prochaine décennie ».

 

 

4 réflexions au sujet de « Aigle Azur, XL Airways…. Et pourtant, le transport aérien français va bien : comment rebondir »

  1. Mituensi lulendo

    Madame Monsieur, je suis en recherche d’un travail et je voudrais m’intégrer dans votre compagnie Motivé dynamique et disponible, j’apprécie le contact des clients, que ce soit pour répondre à leurs demandes de renseignement ou pour les orienter démarche persuadé que je suis compétent pour ce poste je vous joins à cet effet mon curriculum vitae, et me tiens à votre disposition pour tout entretien qui me permettra de vous exposer plus de détails mes motivations. Espérant que ma candidature retiendra votre disposition, veuillez Madame Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées. Mituensi lulendo Jearyme

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *