Les entreprises de transports de passagers et les transports collectifs recrutent !

6 commentaires

Plus que jamais, le transport de marchandises recrute en France, avec une nouvelle croissance de plus de 3% en 2018, et ça n’est pas terminé puisque la tendance s’accélère. Plus que jamais aussi, les transporteurs peinent à trouver suffisamment de main d’œuvre pour répondre à leurs besoins et se développer autant qu’ils le pourraient. Ce que l’on sait moins, ce que l’on dit moins, c’est que le transport de passagers par la route connaît exactement la même problématique : une hausse significative des besoins en chauffeurs et en personnels divers (gestionnaires, mécaniciens, électriciens, contrôleurs) et une réelle difficulté à recruter autant de monde qu’il le faudrait. En 2019, les transports de passagers devraient donc continuer à lancer des appels à volontaires et à recruter en masse.

 

« Le transport routier reste l’un des plus dynamiques de l’emploi en France, malgré l’impact négatif des gilets jaunes ces dernières 8 semaines », explique un observateur au Ministère du Travail. « C’est bien sûr très visible du côté du TRM, parce que les patrons du secteur le font savoir et communiquent largement sur la pénurie de main d’œuvre qui les touche depuis maintenant plus de 8 ans. Mais c’est aussi valable pour le transport de passagers, privé comme public. C’est intéressant pour ceux qui cherchent un emploi, pour plusieurs raisons : d’abord, les femmes, les seniors, les personnes en situation de handicap mineur, les demandeurs non qualifiés ont parfaitement leurs chances, car c’est un secteur qui forme énormément ses nouvelles recrues et continue tout au long de leur carrière ; ensuite, ce sont majoritairement des postes en CDI, dès le premier contrat, ce qui devient quand même rare en France ! ».

 

« En 2017 on avait franchi le seuil des 700 000 salariés, en 2019 on devrait passer aisément la barre des 800 000 », estime l’Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications dans le Transport et la Logistique (OPTL). « Et en face, on a environ 600 000 demandeurs d’emplois à la recherche d’un poste justement dans le transport et la logistique. Il faudrait que l’on parvienne à mettre davantage en adéquation l’offre et la demande, et ça ne peut passer que par une accélération de la formation dans les entreprises et en amont, avec l’aide des organismes d’aide à l’emploi. Car les plus importantes demandes des recruteurs concernent les conducteurs. Paradoxalement, le transport de voyageurs a légèrement baissé en 2018 (-0,4%) mais pas parce que le secteur licencie ou n’embauche pas, il cherche à embaucher mais il y a des départs à la retraite qui ne sont pas remplacés et cela devient problématique. En volume et non en emplois, le transport de voyageurs a augmenté de 3,4% l’an dernier ».

 

Les entreprises de transport de voyageurs et les collectivités cherchent donc à communiquer davantage sur les avantages du secteur pour les candidats qui voudraient y postuler : « C’est un panel de métiers enrichissants et variés, parce qu’il permet beaucoup de contacts humains, parce qu’il va de la navette au transport de malades, du scolaire au tourisme, du véhicule léger au gros car à deux étages, et parce qu’il offre mine de rien des conditions de travail intéressantes : possibilité de temps partiel ou de temps plein, possibilité d’avoir tout ses mercredis, ses week-ends et ses vacances scolaires pour certaines branches, avantage de travailler dedans dehors, à l’abri mais sans confinement… », explique Christine, chauffeur routier dans le transport de voyageurs. « J’ai commencé à conduire par nécessité et maintenant je le fais par plaisir, j’aime mon car… alors que je déteste conduire la voiture ! ».

 

« La perméabilité est aussi facile, si on a assez du ramassage scolaire on peut passer en ligne régulière très simplement, on peut aussi moduler son temps de travail d’une année à l’autre en fonction de l’âge de ses enfants et de ses obligations familiales par exemple », ajoute la DRH d’une entreprise spécialisée dans les cars de tourisme et de ramassage scolaire. « On peut travailler près de chez soi, on a une liberté vraiment agréable, on s’assume, tout en étant responsable des autres. Il faut aimer les autres, s’intéresser à eux, savoir accueillir les usagers, les renseigner, ne pas rechigner à bavarder,  tout en étant très attentif à la sécurité, notre deuxième métier. Il faut savoir être calme, zen, dans toutes les situations et avec tous les passagers ».

 

Le salaire de base d’un chauffeur de car dédié au transport de passagers varie de 1150€ à 1370€ net par mois, auquel il faut rajouter des primes pour conduite de nuit, conduite le dimanche, et conduite les jours fériés. « Les salaires sont meilleurs sur Paris qu’en province », ajoute la Fédération Nationale du Transport de Voyageurs (FNTV). « La RATP, la régie des Transports parisiens, est d’ailleurs le plus gros employeur de France en matière de transport de voyageurs par la route, avec ses réseaux de bus sur l’ensemble de l’Ile de France. Ensuite, ce sont essentiellement les collectivités territoriales, et les opérateurs de ce que l’on a appelé les cars Macron ». Au total, il y a environ 250 000 conducteurs de cars en France, on estime qu’il en faudrait a minima 300 000 pour répondre totalement aux besoins et aux nécessités de développer les réseaux. Dans l’idéal, il faut avoir son permis transports en commun, et avoir validé la FIMO (Formation Initiale Minimale Obligatoire), ou un CAP Transport et accueil de voyageurs, ou un bac pro transports, ou un certificat de formation professionnelle de conducteur de voyageurs, ou enfin un titre professionnel de transport routier interurbain de voyageurs.

 

 

6 réflexions au sujet de « Les entreprises de transports de passagers et les transports collectifs recrutent ! »

  1. Abdallah

    Bonjour j’habite la région de Bordeaux c’est pas le je recherche du boulot dans le tourisme en tant que chauffeur de car tourisme ben c’est la misère

    Répondre
  2. GEOFFROY

    Je possède la FIMO transport de marchandises et Je vais effectuer la formation passerelle voyageur début Mars 2019 pour pouvoir conduire des bus sur Toulouse ou le TARN (81).

    Répondre
  3. ory

    Vue les salaires proposé comme chauffeur, je suis retourné sur les quais et gagne autant !! avec un confort de vie plus agréable. Les entreprises veulent recruter avec des salaire au smic voir un peu plus, pas étonnant qu’ils peinent à recruter !!

    Répondre
  4. Coline

    En tant qu’ancienne conductrice de car je suis horrifiée du tableau idyllique dressé sur ce métier.
    Il y a des tensions entre conducteurs car certains estiment qu’ils ne doivent pas entretenir leur outil de travail . Lorsque vous le faites, on vous change de car pour faire la boniche du collègue.
    Les salaires sont minables pour les responsabilités.
    Les directions nous donnent des ordres contradictoires, il faut contrôler les écoliers pour les cartes mais s’ils ne l’ont pas il ne.faut rien dire. Juste perdre du temps à le consigner par écrit. Les contrôleurs envoyés par les conseils généraux contrôlent plus le conducteur que mes passagers. Les collégiens sont des gamins mals éduqués et imaginent toutes les conneries à faire dans le.bus. Il ne s’attachent pas bien-sûr. Conduire et les surveiller n’est pas compatible..Vous faites une réflexion et les parents vous tombent dessus.
    Dans ces entreprises c’est le règne de la médiocrité, des collusions avec les délégués syndicaux pour maintenir la paix sociale. Et vous vous plaignez de ne pas trouver de personnel….

    Répondre
    1. erik

      bonjours , conducteur de transports en commun depuis plus de dix ans je retrouve mes pensée dans vos écrit.
      Le métier recrute facilement a condition d’avoir de l’expérience bien sur car les jeunes permis font trop de casse.
      mais voila ce beau métier c’est énormément dégradé avec le temps.
      pour ma part j’a une très grande expérience domaine en effet, j’a fait l’Espagne a double conducteurs ainsi que l’italie en solo et une grande partie de la France…….en passant par les bus de lignes et les cars scolaires avec la fameuse coupure de 4heures entre les deux.
      les car que j’ai pu conduire: Temsa safari, temsa tourmalin, mercedes citaro (ville ), GX 127 (ville), mercedes intouro (scolaire), Mercedes tourismo (luxe) et la limousine des cars le vannhool a deux étages 15 m et double essieux directionnel pour faire tourner la bête.
      je m’arrête la pour ne pas tous les cités ce qui seras bien trop long .
      mais voila le métier n’est plus un métier de passionné mas un métier de labeur: coupure incessante ce qui fait que le conducteur commence a 6h du matin termine a 13h30 pour reprendre le scolaire de 16h a17 retour au dépôt 18h 18H30 ou Prise de service a 7h pour le scolaire de 8h a 10h coupure et reprise de la ligne de 13h30 a 20h30 ( faut encore rentrer a la maison pour se faire sa cuisine et dodo y reste plus que 8h de sommeille avant la reprise de demain (et oui c’est pas des cartons ni du bétail que l’on transporte c’est des hêtres humains.)
      Le matin attention surtout bien faire sa prise de service pas a l’heure mais en avance sous peine de se prendre une réflexion et du coup se faire remarquer.
      toujours la prise de service vérifier les niveaux de fluides notamment le carburants et adie blue
      car certain sont pressé de rentrer pour profiter un peu de leur famille et oublie de passer a la pompe. ensuite ne pas oubliais de faire le tour du car surtout si un jeune conducteur a pris votre car la veille…..beaucoup de collègues de travaille ne déclare pas les accrochages sur le véhicule pour ne pas perdre leur prime de non accrochage, si vous ne faite pas vos vérifications le matin, vous serais le dernier a avoir pris le véhicule et c’est votre prime qui saute. j’ai perdu ma prime comme ca une fois (400 euro).
      je continue avec la clientèles qui n’est pas très courtois pas de bonjours les enfants chahute et ne sont la plupart du temps pas attaché. notre métier (conducteur caissier moniteur de colonie et contrôleur et en plus renseigner les client et taper la discute.
      je continue…vérifcation des temps de conduite et de pose dés fois qui dépasse Attention a la DRiRE l’amende et énorme et a la charge du conducteur et véhicule immobilisé.
      selon l’entreprise quand vous demandez a faire rentrer un véhicule a l’atelier pour une courroie d’accessoire mal tendu ou usée qu’on vous répond ca tiendra pour aujourd’hui que vous insister et on vous répond on a pas le choix l’atelier est plein, et forcément bein vous appelez la radio dans la journée pour leur dires que la courroie a cassé….du coup un nouveau bus pour venir charger les clients sur le bord de la route et la dépanneuse pour le car en panne a bein la c’est clair ils n’ont plus le choix. lol
      je m’arrête ici car il y en a trop a dire sur le manque de moyen des entreprises de transports, (controlleurs qu ballade en voiture de fonction et qui remplisses juste leur quotas journalier qui sont pour la plupart d’anciens chauffeurs et qui contrôle les nouveau et leur casse du sucre sur le dos et qui contrôle plus les conducteur que les clients, des véhicule surveillé constament par gps via le SAE (système d’aide a l’entreprise) du coup la régie qui vous appel pour le moindre retard de plus de 5 minute sur la ligne, et pire s vous étes en avance et que vous ne régularisez pas vous verrez arriver la voiture des cowboys (controleur) pour vous faire la moral, et une fois arrivé au dépôt vous vous verrez convoqué dans le bureau du boss pour avoir eu de l’avance sur la ligne vous en ressortirez avec un rapport….au bout du troisième rapports c’est la porte assuré.
      bon je m’arrête ici pour dire que je connait mon métier sur le bout des doigt, quand des conducteur qui ne veulent pas passé avec des 13 mètre a certain endroit on me demande d’y aller…..ma récompense? les applaudissement des clients (pour moi une certaine fierté).
      Mais aujourd’hui malheureusement les salaires n’évolues pas les primes sont supprimées la cgt et force ouvrière sont de mèche avec les sociétés et le métier comporte trop de risque pour le salaire que l’on gagne. nous avons qu’un week end par mois pas top quand on a des gosses.
      j’allais oubliais que quand vous avez une envie pressante ne conté pas vous arrêter sur la route avec les clients a bord et oui vous n’êtes pas en camion. retenez vous jusqu’au terminus si toute fois les clients vous laissent prendre votre pose et si vous avez pas trop de retard sur la ligne pour repartir a l’heure sinon se sera pour le prochain tour.

      Enfin bref aujourd’hui malgré la passion que j’ai pour ce métier je me sent obligé de tourner ma veste et me redirigé vers le transport de marchandise mieux payé et je n’aurai pas de manque de respect de la part de mes marchandises et prise de pose pipi quand je le souhaite ect…..

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *