Taxe poids lourds : décryptages d’une mesure polémique

6 commentaires

poids_lourdsLa mesure a été décidée sous la présidence de Nicolas Sarkozy, elle sera appliquée par le gouvernement de François Hollande. Pourtant, droite ou gauche, transporteurs ou clients, elle soulève un vent de protestations…
Pourquoi ?

Au départ bien-pensante, la taxe poids lourds ou « écotaxe », est en train de provoquer bien plus que de simples remous dans le monde du transport routier professionnel. En effet, décidée en 2009 au moment du Grenelle de l’environnement, elle doit entrer en vigueur le 1er octobre 2013. Son principe ? Pénaliser les camions de plus de 3.5 tonnes circulant en dehors des autoroutes et autres grands axes routiers principaux.

Aire_reposSelon la catégorie du camion et le niveau de pollution qu’il génère, un barème devrait alors s’appliquer : entre 8 et 14 centimes d’euros du kilomètre parcouru. Ce sont des boîtiers, installés sur les camions, qui calculeront tout ça et permettront d’établir la facture. Objectif ? Inciter les chargeurs à privilégier le transport combiné entre rail, route, fluvial et maritime. Les transporteurs répercuteraient le coût de cette taxe (estimé à 5000 euros par an, par exemple, pour un camion parcourant 200 kilomètres quotidiens) sur les chargeurs, leurs clients.

Ainsi, le texte est au départ pavé de bonnes intentions : ne pas affaiblir les transporteurs, dont le secteur est fragilisé par la crise, tout en améliorant les infrastructures multimodales et en protégeant l’environnement. Sauf que tout paraît simple, mais chaque détail est en réalité compliqué à mettre en œuvre. Et c’est là que ça coince. Ainsi, les chargeurs ne veulent pas assumer seuls le coût généré par l’écotaxe. Pas de raison, disent-ils, que seuls les clients payent. Car dans l’idée, pour l’instant, c’est le transporteur qui récupèrerait la facture sur la route, mais il la répercuterait aussitôt au commanditaire de la livraison. Les usagers du transport routier souhaitent donc un partage du coût, à minima…. qui ne convient pas aux transporteurs, déjà très fragilisés par la concurrence étrangère.

cabine_conducteur

Autre bâton dans les roues du projet : certaines fédérations de professionnels arguent que l’écotaxe risque de provoquer des licenciements massifs dans leurs entreprises, pour tenter d’amortir le choc financier. D’autres secteurs, par exemples les distributeurs de boissons, réclament une dérogation, expliquant que la mesure leur est impossible à assumer avec des centaines de milliers de clients à desservir chaque jour, et un maillage extrêmement serré sur tout le territoire. De quoi s’arracher les cheveux…. Car finalement, chaque utilisateur du transport routier a ses spécificités à défendre, et peut faire valoir son droit à un allégement ou à un aménagement. La Bretagne entend ainsi défendre ses professionnels de l’agroalimentaire… et d’autres doléances suivront, c’est inévitable.

autoroute

Troisième facteur de grogne : la taxe ne sera pas la même selon les régions, qui pourront appliquer, par exemple, des taux différents selon  qu’elles possèdent des autoroutes à péages, ou pas. Résultat : des calculs dantesques en perspective pour les transporteurs qui sillonnent en permanence la France du Nord au Sud et d’Est en Ouest : comment vérifier que la taxe a bien été calculée ? A qui et comment la répercuter, si un trajet permet de livrer plusieurs clients ? Quelle sécurité et quels recours juridiques en cas de litige ? Etc.

La taxe, qui vise à rapporter 1.2 milliard d’euros chaque année à l’Etat, nécessite donc à tout le moins des précisions, des simplifications et des aménagements…. Du pain sur la planche, en perspective, pour les porteurs du projet. « Il faut savoir écouter et travailler ensemble pour construire les bonnes décisions », modérait le 13 février dernier le ministre des transports Frédéric Cuvillier dans un communiqué à la presse.

Dans un autre courrier à la presse, en date de ce 28 février 2013, il précise : L’écotaxe vise à instaurer un cercle vertueux en faisant payer l’usage des routes et autoroutes non concédées par l’utilisateur (…). En faisant payer les kilomètres parcourus sur les 15 000 km de réseau concernés par tous les poids lourds, elle s’applique équitablement aux véhicules français comme aux véhicules étrangers.(…) Après étude détaillée du rapport d’avancement remis, il s’avère que le dispositif n’est pas suffisamment abouti. Des travaux complémentaires sont donc nécessaires avant de passer à la phase de test d’ensemble du dispositif. Dès lors, l’Etat n’a pas accepté d’engager celle-ci et a demandé à son partenaire de livrer dans les meilleurs délais un dispositif corrigé, conformément au contrat de partenariat. »

 
 

6 réflexions au sujet de « Taxe poids lourds : décryptages d’une mesure polémique »

  1. Alain Gomes

    Bonjour,
    Pourquoi nos énarques et C° ne prennent ils pas modèle sur ce qui fonctionne près de chez nous ? En Suisse, en entrant , le chauffeur remplit un document, entrant le kilométrage  » entrée « , met sa carte de paiement dans la borne, va livrer en empruntant n’importe quel type de voie, e, ressortant de Suisse, il note le kilométrage ( c’est vérifié par le douanier), et voilà … Les camions Suisses ne payent pas pour rouler sur les routes de leur pays … En France , on cherche des complications …
    Alain Gomes

    Répondre
  2. LOLO45

    Pourquoi ne pas simplement mettre une taxe sur les camions étrangers qui rentrent sur le territoire français,vu le nombre inconsidérable de camions étrangers qui travail en france,ils arrivent on va dire un lundi et travail sur la france pendant 3 semaines sans rentrés chez eux entre temps,la france devient un pays ou on taxe trop,le gouvernement c’est bien ou prendre des sous,alors amis routiers, patrons et employés bloqué la france pendant un mois minimum sans livraisons ni ramasses et là on verra bien ou sera la pénurie,l’heure est au changement,il en va de même pour les gros sites de logistique qui font attendre des heures les chauffeurs pour leur livrés 2 ou 3 palettes,ont aient pas des polonais quand même,boïcotés les norbert dentressangle et autres kuehne et nagel,etc… qui nous prennent vraiment pour des cons,la balle est dans votre camp alors payés cette future taxe si bon vous semblent,en tout cas moi ma boîte a fermée le 12 mars pour liquidation judiciaire et aujourd’hui j’ai plus de travail car bloqué jusque fin mars, pauvre france………………………….

    Répondre
  3. laurent toucourt

    La France gagne déjà beaucoup d’argent grâce aux carburants qu’elle ne produit pas…
    La France n’aime pas les camions mais s’indigne quand il n’y a rien dans les rayons des supermarchés…
    Il faut taxer la stupidité des hommes politiques, imposer leurs inconséquences et fiscaliser leur production de vent…
    voila, comment récupérer plus de 12 milliard d’euros par an.
    Ok, il y a beaucoup de choses à revoir en matière de transport de marchandises.
    Commençons par interdire les esclaves de la route (pays de l’est et autres).
    Taxons le stockage de marchandises dans les remorques, sur la route, plutôt que dans des entrepôts.
    La liste de choses à faire est énorme, mais la réponse du gouvernement reste la même : « taxes et impôts ».
    On devrait faire passer un permis de conduire au président, puisse qu’il tient le volant de la France.
    Une bonne grève générale des transporteurs pourrait relativiser le problème. (Les motards savent se faire entendre pour des sujets moins importants).
    Avec les nouvelles normes (euro 5 et bientôt euro 6), les camions sont de plus en plus performants. Alors, pourquoi une écotaxe ?
    Un grand philosophe disait: « Tu donnes le désert aux politiques, dans trois ans tu dois acheter du sable… » dixit COLUCHE.
    Laurent Toucourt.

    Répondre
  4. Pierre30

    On a fait une simulation sur un parcours défini pour une palette. Actuellement on a 135€ pour livrer la palette : surcharge gasoil incluse. Maintenant on aura pour la même livraison 135€ surcharge gasoil et écotaxe incluse !!!!!!!!!!! Trouvez l’erreur !!!!!!!!! A qui profite le système !!!!!! A qui profite l’écotaxe !!!!!!!!! Le transporteur s’en retrouve appauvrit sur le prix de transport !!! Je pense qu’on ne sera pas les seuls à se faire B……R !! Les grands pôles d’affrètement et logistique vont s’en mettre plein les poches et détruire le transport français au profit de l’étranger !!!!!!!!!!!! Bloquons la France : 15 jours comme dans les années 90 pour faire bouger la profession et les syndicats, la FNTR et UNOSTRA, et les français car sans camion pas de pain et d’eau pour la vie !!

    Répondre
  5. k.m

    Il faut le faire ce blocage… si non y’a que des paroles… car les grosses boites n’en ont rien à faire… Y’a leurs camions en Pologne ou Romanie ou autre pays de l’est… Alors y’a aucun transporteur qui va faire ce blocage… Pauvres petits transporteurs… Pauvres chauffeurs Français… Je ne sais pas ce qu’on va devenir !

    Répondre
  6. SignosFR

    Aujourd’hui, Signos vous propose une nouvelle Actumapping s’interessant au projet de loi de l’Ecotaxe, proposé par le gouvernement de François Hollande. Vous pourrez découvrir dans cette nouvelle Map tous les enjeux de ce projet ainsi que l’explication détaillée des conflits qu’il engendre. De la définition de l’Ecotaxe aux contestations virulentes bretonnes, retrouvez toutes les dimensions du projet de loi passé au peigne fin!

    Nous espérons que cette nouvelle Actumapping vous apportera toutes les informations clefs pour comprendre ce sujet d’actualité qui ne cesse ne faire parler de lui >>> A DECOUVRIR SUR NOTRE BLOG >>http://signos.fr/blog-signosfr

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *