Chauffeur de car scolaire : un métier à part


Temps de lecture : 4 minutes

ecoleJ-9 avant la rentrée scolaire : professeurs, instituteurs, directeurs se préparent à la reprise dans les écoles, mais il est un métier qu’on oublie souvent et qui, pourtant, s’apprête à faire sa rentrée lui aussi ! Le chauffeur de bus scolaire, acteur indispensable et incontournable du quotidien de millions d’élèves français chaque année.

« C’est mon métier depuis 6 ans », explique Terry, 27 ans. « Ce que j’aime en fait, c’est le contact avec les enfants, et le fait d’être autonome, d’être seul maître à bord. Evidemment c’est une grosse responsabilité. En plein hiver, quand il y a des barrières de dégel, parfois, j’ai des angoisses ! Il faut savoir rassurer les enfants, changer de route et dévier son itinéraire… Pas évident tous les jours, mais au moins je n’ai pas de routine. »

conducteur« Moi je fais ça depuis 35 ans ! », raconte George, tout fier. « C’est toute ma vie, j’adore ça. Travailler avec les enfants, c’est un métier à part. Il faut être rigoureux au niveau des horaires, on ne peut pas leur demander d’apprendre la ponctualité si on ne leur montre pas le bon exemple ! Il faut être patient, pédagogue. Ce sont des enfants, il faut savoir gérer les conflits, avoir le mot juste au bon moment ! Etre vigilent, aussi, quand ils montent ou descendent, vérifier qu’ils mettent leurs ceintures parce que maintenant c’est obligatoire… Il faut aimer les enfants, de toute façon, si on ne les aime pas on ne peut pas faire ce métier. »

carsMardi prochain, Terry et George reprendront du service, comme leurs petits passagers. Départ 6H20 du garage, il faut se lever tôt… mais ensuite, pendant l’école, entre 11H et 16H15, c’est temps libre ! Nouveau service scolaire à 16H30, fin du service à 18H30. Il faut s’adapter, ce n’est pas évident, l’emploi du temps a des allures de gruyère ! Mais l’immense avantage du métier, c’est de pouvoir profiter des week-ends, et de l’intégralité des vacances scolaires. Le tout, pour un salaire de 1200 à 2000 euros, environ. Un petit salaire, mais cela n’a pas découragé Patricia, 45 ans, de quitter sa teinturerie pour se reconvertir ! « Devant mon pressing, je voyais tout le temps les cars passer, avec les petits bambins qui partaient pour l’école ou le collège. Je me disais que j’aimerais vraiment faire ce métier. Un jour, j’ai franchi le pas ! »

bus_scolairePatricia a personnalisé son car avec les dessins, les cadeaux offerts par les enfants : des mobiles en pâte à sel, des pompons, etc…. 14 ans après avoir changé de vie, elle ne se lasse pas de sillonner les lignes scolaires. De plus en plus de femmes pratiquent cette profession, même si elles ne sont encore que 12 pour 25 hommes, dans l’entreprise de Patricia. « Chacun de nous est responsable de son car, c’est notre deuxième maison. Franchement j’adore ça. J’encourage les petites filles à faire ce métier, c’est un très beau métier. » 

busPatricia effectue environ 3000 kilomètres par mois, sur les petites routes de son village. Elle connaît les enfants, les enfants la connaissent, et c’est ce relationnel là aussi, qu’elle apprécie : « Chaque fin d’année scolaire, j’ai un gros pincement au cœur. Il y a les déménagements, les changements d’école, ceux qui partent en pension… je sais que je n’en reverrai pas certains. Mais à chaque rentrée, c’est le contraire, je suis folle de joie : je découvre de nouveaux visages, surtout les tout petits qui rentrent en maternelle, ils me font craquer ! Et tout au long de l’année, on apprend à se connaître… un vrai plaisir. »

Un métier qui nécessite évidemment une formation particulière, avec de nombreuses heures de stage et de pratique. Pas de problème d’alcool connu et un casier judiciaire vierge sont par ailleurs des conditions indispensables… Car 4 millions d’enfants empruntent les transports scolaires chaque jour, dont deux millions en zone rurale.

 

21 réflexions au sujet de « Chauffeur de car scolaire : un métier à part »

    1. mat

      quelle blague je touche 430 euro/ mois pour ce métier car je suis du genre a cumuler les jobs, fuyez le comme la peste sauf si vous avez plus de 60 ans et que vous etes déjà dans la précarité

      Répondre
  1. Transports du Sud

    Oui , faire un métier qui nous rend heureux est le meilleurs que l’on puisse avoir. De plus, les informations sont tout à fait exceptionnel et bien rédigé.

    Répondre
  2. romano

     » Le tout, pour un salaire de 1200 à 2000 euros, environ. » ??

    la bonne blague, 700-800 euros par mois et au chômage durant les vacances scolaires.

    Romano
    CPS

    Répondre
  3. decarriere

    Avec les risques d’un tel véhicule c’est honteux 1200 € par mois autant fait griller des steaks chez McDo en plus de ça la formation à 6000 euro

    Répondre
  4. je suis Rallye

    contrat cps quelle arnaque !on fait le boulot que tous les autres chauffeurs à temps complet ne veulent pas faire ,j’en parle en connaissance de cause départ de ligne réguliere à5h 30 du matin et 18h35 le soir tu rentre chez toi en hiver à 21h pour un salaire de 800 euros, quel honte ces chefs d’entreprises ,du foutage de gueules.

    Répondre
  5. Roland

    Bientôt les chauffeurs de car seront des bénévoles gratuit ,
    1 conducteur de car scolaires ne dépasse pas les 800 Euros
    Actuellement c’est 9,99 euros brut de l’heure
    ont viens de me proposer le maximum avec 95 heures brut = 711 euros net
    7110 Euros sur 10 mois (2 mois sans solde) en CPS Matin midi soir
    LA HONTE
    vaut mieux resté au RSA
    C de l’esclavage pur
    et sachez que le patron essayera de vous faire un cdd à la date de votre FCO comme ca vous devrai encore le financer vous même
    bon conseil !!! ne faite jamais le permis D = c’est du temps perdu ‘c’est JUSTE bon pour les retraités pour passé le temps
    plutôt le PL + Super lourd
    le 29/08/2016

    Répondre
    1. Christiane

      En contrat CPS depuis 3 ans, la seule femme de mon secteur après ce sont des hommes et à temps complet
      je dépasse les 800 euros car je fais de la ligne aussi sauf que je suis la seule à rentrer chez moi à plus de 21H le soir
      alors OUI c’est une honte et de l’esclavage

      Répondre
  6. bedon

    Merci pour vos commentaires qui m’interessent car je reflechis à faire une formation de chauffeur de bus scolaire, payée par pole emploi.

    Répondre
  7. Sky

    Bonsoir,
    ben franchement fais autre chose si tu as le choix, beaucoup trop de responsabilité aucune de protection pour nous, on passe apres le client qui est roi chiant et exigeant oui faut le dire, moi je fais du scolaire et ligne, billets collectifs,
    je ne les supporte plus (les clients et les gosses) , j’etais une personne souriante et avenante, je suis devenue anti sociale, protege toi sinon tu finiras comme moi !!

    Répondre
  8. nanou

    Désolé, mais c’est un boulot sympa mais comme tout travail il y a de bons et mauvais cotés, la patience c’est la base du métier et il faut être psychologue ne pas oublier que ce ne sont pas nos enfants. Après une dizaine d’années dans la profession j’adore toujours mon métier au point que je voudrais devenir formatrice. Le scolaire c’est pas le plus compliqué bien le contraire faites du tourisme et vous verrez que les voyageurs sont exigeants mais ils payent une prestation et il faut être très pros. Tout salaire se négocient,si vous vous contentez de faire que du scolaire, ne pas vouloir faire les week ends , les nuits, et ne pas vouloir conduire les 12 mètres voire plus il ne faut pas pleurer. Soyez volontaire, bien sur il y a la responsabilité mais quand vous prenez votre voiture c’est pareil on est pas seul sur la route. Si vous n’êtes pas près a tout ca en effet changez de métier.

    Répondre
  9. Michel le lorrain

    Je suis français installé aux Etats Unis je suis chauffeur de bus scolaire  » Yellow bus » je travaille 4:30 par jour je ne travaille pas pendant les vacances scolaires je gagne net après impôts , prélèvement à la source 1 800 dollars je suis paye 12 mois et cotise à la retraite et j’ai une excellente assurance santé. Mes horaires me permettent de travailler comme pilote de drones je travaille pour ma propre entreprise. .

    Répondre
  10. Génoist

    Bonjour,
    Effectivement, il faut avoir la passion de la conduite d’un autocar, le sens des responsabilités, la conscience de faire la sécurité à chaque instant, aimer être au contact de divers publics à longueur de temps et savoir que l’on est responsable de tout; conduite, sécurité, horaire… C’est un métier avec beaucoup de contraintes et pas forcément bien rémunéré, voire mal rémunéré en particuliers pour les temps partiels et les contrats scolaires, donc sans intérêt, on passe vite à autre chose. Je suis une femme et ai mon permis D depuis près de 30 ans, j’ai fait du scolaire, de la ligne, du tourisme, de la formation et sans passion j’aurai abandonné depuis longtemps. C’est encore plus difficile pour une femme d’accéder à un temps complet de manière générale et encore plus de faire du tourisme, même si nous avons souvent une conduite plus souple et rassurante et que nous avons aussi généralement un bon contact avec tout type de clientèle. Je constate aussi que nous sommes souvent plus corvéable, c’est un métier qui s’est beaucoup féminisé. La contrainte des grandes amplitudes de travail, des horaires décalés, des week-ends travaillés, nous éloignent souvent de notre famille et de nos activités sociales. Suivant les entreprises, les heures d’attente ne sont pas toujours correctement rémunérées, c’est une honte, quand on peut être amené à faire des coupures de plusieurs heures dans des coins paumés, sans toilettes, sans chauffage en pleine hiver, pour une salaire de 1300 à 1500 € par mois en chauffeur de ligne régulière. Espérez obtenir un peu moins de 2000€ en tourisme, mais les places sont chères, il faut être expérimenté et de moins en moins d’autocaristes font du tourisme, sans parler des mois à plus de 200h00 et des nuits route exténuantes. Ne parlons pas du scolaire qui s’offre le grand luxe de gagner entre 600 et 750€ sur 10 mois. Et oui, l’été c’est vache maigre! Vous pouvez aussi changer d’employeur sans rien demander lors des adjudications des lignes scolaires. Et là, c’est la loterie du mieux ou du pire. Le mieux rémunérés restent les chauffeurs de bus de ville dans les régies, les horaires sont aussi plus réguliers, ainsi que les avantages en nature. Viennent les derniers en date, les chauffeurs de car de lignes régulières nationales depuis la loi macron. Là aussi, j’ai expérimenté. Au début, nous étions plutôt bien payé avec des rythmes réguliers mais les conditions de travail et de salaires se sont dégradées à mon humble avis. Voilà, les réalités de travail de ce beau métier, pour les accrocs de la route. Les autres passés votre chemin. Ah j’oubliais, nous mettons notre permis de conduire dans le panier. À savoir que nous payons nos amendes (sauf celles de stationnement quand nous ne sommes pas responsables) et que nos employeurs doivent nous dénoncer. 12 points quand votre métier c’est la route, est-ce vraiment juste ? Généralement ce sont les petits excès à 1 point ou les 3 points pour être surpris au téléphone avec nos clients où notre employeur!! Ah oui, on met aussi notre vie en danger et celle des autres, même si nous restons le moyen de locomotion par route le plus sûr. À bon entendeur, salut !

    Répondre
  11. Yannick BERGOT

    Bonjour,
    je vais avoir 60 ans et passer à la retraite cette année.
    Je pensais faire chauffeur de cars scolaires pour améliorer ma retraite.
    Quel conditions faut il pour être admis à conduire ces véhicules et est-ce que les Stés embauchent des retraités?
    Merci pour vos réponses.
    A bientôt
    Yann

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *