Supply Chain : quels sont les métiers les plus rémunérateurs ? (2)

Laisser un commentaire

Le secteur du transport et de la logistique est un secteur d’avenir, parce qu’il recrute en permanence et parce que les besoins des consommateurs lui promettent un développement XXL pour les quelques décennies qui viennent, mais aussi parce qu’il recèle quelques métiers de niche qui, parce qu’ils représentent des spécialisations courues des employeurs, permettent une rémunération fort intéressante. Petit tour d’horizon pour les candidats ! Et après le directeur d’entrepôt (lire notre article), on continue cette semaine avec le responsable du planning.

 

Le responsable du planning : « un poste stratégique qui exige rigueur, organisation et esprit de synthèse ».

 

Si ce 1er janvier 2019 les salariés de la logistique devraient entamer leur nouvelle année dans des conditions sereines et bien organisées, c’est grâce à lui : dans les entrepôts logistiques, le responsable du planning est un maillon crucial, puisque c’est lui qui, comme son nom l’indique, organise et planifie l’ensemble des personnels et des services du site de manière à ce que l’activité puisse s’y effectuer le plus efficacement possible et avec le meilleur rapport qualité de travail / efficacité / rentabilité, depuis la première minute d’activité de la journée jusqu’à la dernière et éventuellement – c’est le cas pour de plus en plus de grosses plateformes – 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24.

 

Du fait de cette responsabilité, le planificateur logistique gagne plutôt bien sa vie : en moyenne en France, les responsables du planning supply chain sont rémunérés entre 4160 et 7080 € brut par mois selon l’ancienneté, le niveau de responsabilité, la taille de l’entreprise et le niveau de qualification. Ce qui nous fait un salaire médian de 5620 € brut mensuels. « C’est un poste qui exige énormément de rigueur, d’esprit de synthèse et d’organisation. Mais il procure le plaisir d’une responsabilité stratégique énorme, puisque l’ensemble de la production et des résultats de l’entreprise en dépend ! Les perspectives d’évolution sont aussi intéressantes, le responsable du planning peut poursuivre sa carrière vers les fonctions de directeur commercial ou directeur d’entrepôt, par exemple », explique l’Observatoire des Flux.

 

En clair, c’est le responsable du planning qui va évaluer et mettre en place chaque étape du process logistique pour harmoniser et coordonner l’approvisionnement produit, son stockage, la préparation des commandes puis leurs livraisons jusqu’aux distributeurs et / ou au client final. C’est à lui de trouver le moyen de « jongler » entre les impératifs de rentabilité et les exigences client (prix, délais, budget, qualité de service…). Une fois ces objectifs analysés il lui faut enfin les accorder aux impératifs humains du personnel : horaires et plannings des unités concernées, répartition des tâches, contrôle de la mise en œuvre du plan supply chain, gestion des aléas (pannes techniques, retards, grèves, blocages, comme c’est le cas en novembre et en décembre 2018 avec les gilets jaunes, pénurie ou erreur d’approvisionnement, défaut de sécurité…). Voilà pour l’amont. En aval de la supply chain, il va étudier avec les ingénieurs, informaticiens, techniciens, laboratoires R&D… d’imaginer les solutions de planification logistique de demain, la manière d’améliorer les méthodes et les process, le développement de telle ou telle unité…

 

« Pour postuler à la fonction de responsable du planning, il faut en revanche avoir effectué des études longues, un bac +5 généralement, en école de commerce ou d’ingénieur avec spécialisation en logistique, de type gestion des stocks, amélioration des flux et/ou démarche d’amélioration commerciale », ajoute le réseau d’experts spécialisés en conseils et formation Supply Chain Masters. « En effet, le responsable planning va devoir savoir gérer aussi bien l’aspect organisationnel de la production que les relations marketing ou la prospective avec la recherche et développement. C’est beaucoup plus complexe que cela n’y paraît, surtout quand on voit à quelle allure la technologie fait évoluer les secteurs de la logistique, du transport et de la distribution (voir notre article) ».

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *