Archives du mot-clef concurrence pays de l’est

Directive travailleurs détachés : les routiers se sentent une fois de plus exclus

Ils rêvaient de pouvoir bénéficier de cet accord obtenu au forceps à Luxembourg après plus de 12 heures de négociations, à la toute fin octobre 2017 : las, les acteurs du transport français représentent LA concession offerte par la France à ses partenaires européens : pas de directive sur les travailleurs détachés pour eux, en tout cas, pas tout de suite. L’accord signé concerne toutes les autres branches directement concernées par le phénomène (le BTP en particulier), sauf le transport de marchandises par la route. Des règles spécifiques, examinées plus tard par les ministres des transports des 28, seront à définir pour ce secteur pourtant frappé de plein fouet par le dumping social.

Lire la suite

Macron en croisade dans les pays d’Europe de l’Est contre la concurrence déloyale

Dans les transports, mais aussi la construction, l’industrie et l’agriculture par exemple, les entreprises ont de plus en plus souvent recours aux travailleurs détachés. En 2015 en France, ils étaient 286 000, ce qui par rapport à l’année précédente représente une hausse assez spectaculaire de 25% ! Des salariés venus essentiellement du Portugal, de l’Espagne, et surtout de la Roumanie et de la Pologne. Dès sa campagne pour l’élection présidentielle, Emmanuel Macron avait dénoncé ce système (voir notre article : Macron ou Le Pen : 2 France, 2 Europe au choix pour les transporteurs) : le 1er mai 2017, dans son discours à Paris, il martelait que « dès le début du quinquennat » il porterait « une réforme du statut des travailleurs détachés afin qu’il n’y ait plus de concurrence déloyale en Europe ».

Lire la suite

Transports : l’Europe de l’Ouest et l’Europe de l’Est entrent dans une « guerre froide »

12Fin septembre 2016 : sur la table de la Commission Européenne, un nouveau courrier, adressé conjointement par 8 pays aux commissaires aux transports. Dans cette lettre, la Norvège, et sept membres de l’Union Européenne, souhaitent que l’UE revienne sur « pratiques abusives et de la concurrence acharnée de certains Etats dans le secteur du transport routier européen ». Pratiques et concurrence qui ont des conséquences sociales et sécuritaires « graves ». Le texte est signé par les ministres des transports allemand, autrichien, belge, danois, français, italien, luxembourgeois et norvégien. Qui dénoncent, sans détour et avec des mots forts, les « activités illégales et les pratiques commerciales déloyales » menées par certaines entreprises du transport routier, et notamment par de plus en plus de « sociétés écrans ».

Lire la suite

En juillet 2016 : finie, enfin, la concurrence déloyale des pays de l’Est ???

7On les voit bien sur les routes, ces plaques de toute l’Europe, et pour cause : près de 11 millions de camions étrangers circulent sur les routes françaises chaque année. Mais au volant, tous les chauffeurs ne sont pas égaux en terme de rémunération : un routier serbe, par exemple, qui conduit des camions slovaques, nous explique sur l’aire de Lesquins, dans le Nord, où il prend sa pause, qu’en Serbie « le salaire d’un chauffeur c’est environ 500 euros, alors que dans la société slovaque pour laquelle [il] travaille aujourd’hui, c’est 2000 euros », soit quatre fois plus ! Car aujourd’hui, même lorsqu’ils roulent en France – et c’est plus que fréquent puisque l’Hexagone est une plaque tournante de la logistique européenne, au carrefour de l’Italie, de l’Espagne, du Portugal, de l’Angleterre, de la Belgique, des Pays-bas, du Luxembourg, de la Suisse, et au-delà, vers les ports qui conduisent aux continents américains et africains – les chauffeurs étrangers sont soumis aux règles de leur pays d’origine, aussi bien au niveau du salaire qu’en ce qui concerne le niveau des cotisations sociales.

Lire la suite

2014 : bilan mitigé pour les transports, entre crise, inquiétudes et gaspillage d’argent

ecotaxeDernier jour de l’année 2014… en ce 31 décembre, il est temps de dresser le bilan d’une année… compliquée, à tout le moins, dans le secteur des transports en France. 2014, aura été marquée par l’immense gaspillage d’argent, de temps et d’énergies humaines que représente le fiasco de l’écotaxe. Une année sombre aussi pour les transporteurs, frappés de plein fouet par la crise, avec un fort sentiment d’abandon des pouvoirs publics, voire d’un « matraquage en règle » d’une économie déjà fragile. Une année, également, marquée par les grèves à répétition dans tous les secteurs, que ce soit les transports publics dans les villes, la SNCF, ou dans l’aérien. Et puis, enfin, une année qui se caractérise par rapport aux précédentes, par une augmentation très nette du sentiment d’insécurité dans les transports, tous secteurs confondus, sur la route, dans les airs, sur mer ou sur rails.

Lire la suite

Transport et logistique : la pénurie de main-d’œuvre devient mondiale

conducteursSaviez-vous que travailleur manuel et chauffeur routier font partie des trois premiers métiers, en France, pour lesquels il est le plus difficile de trouver des candidats ? C’est le résultat de l’édition 2013 de l’étude consacrée chaque année au sujet par le groupe Manpower.
Sauf que cette pénurie, que l’on connaissait déjà en France depuis quelques années, est aujourd’hui mondiale : ces résultats de 2013 sont les plus élevés depuis le début de la crise économique il y a maintenant six ans.

Lire la suite

Ecotaxe : les patrons de PME ont levé les banderoles

ecotaxeOn attendait 1500 patrons routiers ce week-end, pour les manifestations contre l’écotaxe…. Finalement, ils auront été près de 4000 à exprimer leur colère. Au total, seize régions se sont mobilisées, afin de protester, une fois de plus, contre l’écotaxe, qui fait couler autant d’encre que d’essence, ces dernières semaines. A l’initiative du mouvement de protestation de ce samedi 16 novembre : l’OTRE, l’Organisation des Transports Routiers Européens, qui s’est réjouie de ce « franc succès ».

Lire la suite

Ecotaxe : les transporteurs mauvais joueurs ?

transportA en croire le gouvernement, la loi est votée, archi-votée, il n’y a pas à tortiller : l’écotaxe sera mise en place au premier octobre, point final. Concrètement, cela signifie que depuis le 19 juillet, tous les routiers de France et de Navarre, et même les routiers de l’étranger, doivent s’enregistrer auprès d’Ecomouv, l’organisme mandaté par l’Etat pour prendre en charge la mise en place concrète du système. Au total, 800 000 véhicules, pas moins : 200 000 immatriculés à l’international, et 600 000 dans l’Hexagone. Objectif : que chaque poids lourd de plus de 3,5 tonnes soit fiché dans les dossiers, afin de pouvoir être taxé dès qu’il empruntera les réseaux départementaux et nationaux soumis au nouvel impôt, soit en tout 15 000 kilomètres.

Lire la suite