Archives par étiquette : taxis contre vtc

VTC : les chauffeurs à nouveau mobilisés pour dénoncer le « racket » des plateformes comme Uber

5Ils bloquent à nouveau la place Maillot, les accès aux aéroports de la région parisienne de Roissy et d’Orly… des chauffeurs de VTC, Véhicules de Tourisme avec Chauffeurs, une nouvelle fois très remontés contre le montant des commissions, jugé « exhorbitant », ponctionné sur leurs courses par les plateformes de mise en relation avec les clients. Dans le viseur : Uber, bien sûr, mais aussi Chauffeur Privé et les autres.

Continuer la lecture

Les chauffeurs d’Uber auront-ils bientôt le statut de salariés ?

3C’est peut-être tout le système économique d’Uber qui n’y résistera pas… La justice britannique a tranché ce 28 octobre 2016 : le salarié du géant de la voiture de tourisme avec chauffeur (VTC) est bien un salarié comme les autres… Et à ce titre, deux des conducteurs anglais de l’entreprise californienne ont porté plainte contre leur employeur : ils ont dénoncé le fait de ne pas toucher de salaire minimum, et de ne pas bénéficier de congés payés. Ils devraient donc, au regard de la justice outre-manche, jouir de ces droits comme tous les autres salariés. « Dans son jugement, le tribunal de Londres a notamment relevé qu’Uber organise des entretiens d’embauche pour lesquels les candidats doivent fournir des justificatifs ; les chauffeurs peuvent choisir leurs horaires de travail mais à partir du moment où ils se connectent à l’application Uber, ce sont les règles d’Uber qui s’appliquent ; c’est aussi Uber qui gère la relation client, la destination, l’itinéraire ; le chauffeur n’a pas le droit de refuser 3 courses d’affilée sans quoi il est sanctionné par une déconnection de dix minutes ; les chauffeurs ne peuvent pas développer leur entreprise sans contrepartie d’heures supplémentaires pour Uber », analyse Maître Frédéric Chhum, avocat à la Cour de Paris et à la Cour de Nantes sur son blog internet.

Continuer la lecture

Taxis : le témoignage de ces artisans qui déposent le bilan, faute de clients

10Il s’appelle Lyes, il a la quarantaine. Son métier depuis 10 ans : chauffeur de taxi. Une voiture spacieuse, agréable, propre, bien entretenue. Une bouteille d’eau neuve pour chaque client – « on ne pourra pas me reprocher d’être sale, mal élevé et d’offrir moins de prestations que les VTC » – , et pourtant : Lyes a de plus en plus de mal à boucler ses fins de mois. Il ne tient que grâce à son réseau d’habitués, femmes et hommes d’affaires du quartier de la Défense à Paris, journalistes de radio et leurs invités dans le quartier de la rue François 1er, derrière les Champs Elysées, et quelques voyageurs impénitents qui passent leur vie entre deux aéroports. « Ces clients-là restent fidèles, mais le client occasionnel, ou le client qui vous hèle par hasard, il n’y en a plus. Ils ont disparu. Je connais quasiment à l’avance toutes mes courses de la journée, en fonction du jour de la semaine, de l’heure, du temps qu’il fait… en dehors de cela, il n’y a plus rien. Plus d’argent à gagner au petit bonheur la chance. C’est pour cela qu’on se mène tous, entre taxis, une concurrence de plus en plus rude, pour essayer de se piquer les clients, surtout ceux qui font toujours de belles courses, ou qui habitent loin, ou dont l’entreprise est généreuse et paye particulièrement bien, sans trop regarder à la dépense. Mais, là aussi, c’est de plus en plus rare. C’est la crise pour tout le monde, les sociétés limitent leurs dépenses de taxis. Les salariés qui sont autorisés à nous prendre sont de moins en moins nombreux, à des horaires de plus en plus restreints, toujours plus tard le soir ou plus tôt le matin. Et comme cela, petit à petit, notre chiffre d’affaire est grignoté, grignoté. Un jour, il ne restera plus rien ».

Continuer la lecture

Clients d’UberPOP tabassés, VTC brûlées : les taxis fous de colère

13L’œil tuméfié, la mâchoire fracturée en trois endroits, le nez cassé, les sinus abîmés et la pommette enfoncée… Alexandre Berlin, 27 ans, se souviendra toute sa vie de ce soir là et pour cause : il risque de garder des séquelles définitives de son passage à tabac par des chauffeurs de taxi ivres de rage, à Lyon, dans la nuit du 20 au 21 juin 2015. Les chirurgiens ont placé des plaques sur l’os pour tenter de remettre son visage d’aplomb, mais le jeune homme risque une désensibilisation irréversible de la partie gauche de la face. 21 jours d’arrêt de travail, pour agression caractérisée : alors qu’il s’apprêtait à monter, dans la soirée, dans un taxi signalé comme libre, le chauffeur a refusé de faire la course, argumentant qu’il était en grève. Alexandre, lui répond alors que le voyant devrait à tout le moins être au rouge, afin que les clients sachent à quoi s’en tenir: « Lorsque je lui ai dit que cela ne me surprenait guère que de plus en plus de clients se tournent vers UberPOP, il est entré dans une fureur noire. J’ai préféré m’en aller et j’ai pris un vélo en libre service pour rentrer. Mais il m’a rattrapé avec un collègue, et ils m’ont tabassé ». Un témoin a confirmé qu’il s’agissait des chauffeurs de taxis. « C’est vraiment de la violence gratuite et volontaire, je ne reconnais pas mon fils », raconte son père, écœuré. « Moralement il est à terre, et il souffre, il est sous morphine toute la journée. C’est arrivé à Alexandre, cela va arriver à d’autres, et ça, ce n’est pas possible. Il faut faire quelque chose ».

Continuer la lecture

Les voies dédiées aux taxis remettent de l’huile sur le feu entre la profession et les VTC

taxiL’annonce est venue du secrétariat d’Etat aux Transports, ce vendredi 27 février 2015 : le projet de création de voies spécialement dédiées aux taxis, pour apaiser leur colère face à la montée en puissance des VTC (Véhicules de Tourisme avec Chauffeurs), jusque là à l’étude, va bien voir le jour. Et dans peu de temps : sur l’autoroute A1 qui relie l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle à Paris, une nouvelle portion de voie dédiée aux bus et aux taxis va entrer en service fin avril 2015. Idem sur l’A6a, entre Paris et Orly, d’ici fin mai 2015.

Continuer la lecture

Uber sur la sellette en France : les taxis, victimes ou rétrogrades ?

taxisIls ont beaucoup klaxonné, ce lundi 14 décembre 2014, sur les grands axes desservant les aéroports de la capitale : les taxis étaient moins nombreux que prévu pour leur grande manifestation de protestation contre la concurrence déloyale, mais malgré tout, à eux tous (une petite centaine), ils ont réussi à attirer l’œil de tous les grands médias sur leur situation.

Continuer la lecture