Royal – Cuvillier : le duo sera-t-il efficace pour les transports ?

1 commentaire

royal passation« Ségolène Royal est attendue au tournant par les transporteurs… S’ils connaissent la méthode Cuvillier, les dirigeants d’entreprises et les organisations professionnelles n’ont pas encore de visibilité sur le style Royal (…). La vraie question est de savoir si la cohabitation sera constructive et durable » : voilà ce que l’on pouvait lire dans l’Officiel des Transporteurs du 11 avril 2014. Tout est dit : le nouveau duo de choc chargé des transports au gouvernement, suscite beaucoup d’interrogations chez les professionnels du transport… En particulier, bien sûr, sur l’écotaxe, mais aussi sur pléthore d’autres dossiers brûlants. « La nouvelle configuration ministérielle n’est pas une bonne nouvelle pour le transport routier », déplore la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR). « Avec un Secrétariat d’Etat rattaché au Ministère de l’Ecologie, le transport n’est pas représenté à sa juste place au sein du  gouvernement… un Secrétaire d’Etat pèse peu lors des arbitrages interministériels », conclut-elle dans un communiqué.

 

ecotaxe

Concernant l’écotaxe, on peut dire que les choses n’ont pas franchement commencé de manière harmonieuse… même si elles se sont tassées, depuis. A peine nommée Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, Ségolène Royal remettait déjà en cause l’écotaxe telle qu’elle avait été réfléchie par son prédécesseur, indiquant qu’elle souhaitait une « remise à plat » de la mesure… Illico, ne misant manifestement pas beaucoup sur sa nomination au Secrétariat d’Etat pour les Transports (les postes n’étant pas encore pourvus à ce moment là), Frédéric Cuvillier balançait un tweet agacé pour marquer son désaccord : « Je m’étonne que l’écotaxe vienne d’être présentée comme un impôt nouveau. C’est tout le contraire ! Alors, quelles recettes nouvelles ? La remise à plat ? Ça veut dire quoi ? A la veille du rapport que la mission parlementaire doit rendre… ». Résultat : quelques jours plus tard, l’ancien ministre des Transports devenait bel et bien Secrétaire d’Etat, malgré son insolence et avec le même portefeuille qu’avant. Grosse différence tout de même : une ministre de tutelle… et chacun a bien été obligé de mettre de l’eau dans son vin.

 

cuvillier1« C’est pour beaucoup une question d’ego, finalement », analyse un politologue. « Ces divergences sont peu surprenantes. Par le passé, Ségolène Royal avait déjà été très critique envers cette écotaxe, elle ne s’était même pas privée de la traiter d’absurdité, sur les plateaux de télévisions. Elle avait dénoncé le fait que Monsieur Cuvillier ait voulu appliquer un système allemand aux camions en France… Mais selon elle, ça n’a pas de sens, car l’Allemagne a des raisons de taxer les camions qui viennent de l’est et traversent le pays, alors que la Bretagne qui est au bout de l’Europe n’est traversée par personne ! De son côté, Frédéric Cuvillier vient de passer vingt mois harassants à affronter les grèves de taxis et la crise des bonnets rouges contre les portiques écotaxe, c’est compliqué pour lui de digérer que l’on remette aussi radicalement en cause tant d’efforts. C’est compliqué, surtout, de devenir le subordonné de quelqu’un d’autres sur des dossiers qu’il maîtrise mieux ! ». D’ailleurs, au moment du déménagement de Frédéric Cuvillier et de son équipe des bureaux du Ministère des Transports, les uns et les autres ne cachaient pas leur irritation : « si on a mal bossé, qu’elle le dise ! », lançait ainsi un proche collaborateur du Ministre sortant, à l’intention de la nouvelle arrivante.

 

cuvillier hollandeC’est donc un tandem qui s’est formé par défaut, plutôt que par affinités. D’ailleurs, selon certains de ses proches, Frédéric Cuvillier n’aurait pas du tout eu envie de remettre le couvert ! « Il a décliné l’offre au moins quatre fois ! Réélu maire de Boulogne sur Mer, il pensait se consacrer à son mandat local… ». Mais voilà : comme le nouveau Secrétaire d’Etat chargé des Transports, de la Mer et de la Pêche, l’a confié au quotidien régional La Voix du Nord : « François Hollande est intervenu en personne… Ce n’est pas facile de dire non au Président ! ». Bon gré mal gré, il a donc repris le chemin du gouvernement, Frédéric Cuvillier, lui le défenseur d’une mise en œuvre rapide de l’écotaxe… aux côtés d’une Ségolène Royal militant contre ce qu’elle appelle une « écologie punitive ». Il y a plusieurs mois, elle avait d’ailleurs conseillé au gouvernement de reporter l’écotaxe au moment où les Bonnets Rouges étaient les plus virulents… ce qui avait déjà, à l’époque, fait bondir Frédéric Cuvillier !

 

cuvillier 2« Je ne veux pas que la protection de l’environnement se traduise par des impôts nouveaux », a maintenu Ségolène Royal récemment. « Un prélèvement n’a de sens en matière environnementale que si ça permet de changer les comportements… Tant que les camions n’ont pas le choix de transporter leur matériel sur des trains, les taxer sans leur permettre de changer leur comportement n’apporte rien à l’environnement ». Cette fois-ci, pas de tweet de Frédéric Cuvillier, mais au contraire une tentative d’accorder son violon avec celui de sa nouvelle Ministre de tutelle : il a finalement confirmé la « nécessité remettre à plat l’écotaxe » tout en défendant le principe de la mesure : « Ceux qui ont une utilisation économique des routes doivent contribuer à leur modernisation » a-t-il rappelé, convenant toutefois qu’il y avait un « problème d’acceptabilité et de résistance vis-à-vis de cette fiscalité environnementale », et qu’il fallait aujourd’hui mieux « expliquer l’utilité et le fondement » de l’écotaxe.

 

royal1De son côté, Ségolène Royal a fait de nouvelles propositions pour tenter de remettre un peu d’argent dans les caisses… désespérément vides depuis le report de l’écotaxe. Estimant que les autoroutes « ont été privatisées en dessous de leur prix par le gouvernement Villepin » et que les sociétés concessionnaires « font aujourd’hui 8,5 milliards de chiffre d’affaires et dégagent 2 milliards de bénéfices », elle a avancé une première piste de taxation qui ne pénaliserait pas les routiers a priori… sauf que si les prix augmentent aux péages, le résultat sera le même ! Autre piste : une vignette « spécifique » pour les camions étrangers, que l’on pourrait par ailleurs obliger à n’emprunter que les autoroutes payantes. Une proposition calculée, alors même que le mécontentement croît chez les transporteurs, outrés par le dumping social des pays de l’Est… mais qui risque fort d’être retoquée par l’Europe, en vertu de la libre concurrence.

 

cabinetPour l’heure, les uns et les autres attendent avec impatience la remise du rapport de la mission d’information parlementaire sur l’écotaxe. Initialement, ce rapport devait être rendu public le 30 avril prochain. Finalement, sa remise a été repoussée, le temps pour la commission d’auditionner Ségolène Royal et Michel Sapin, le Ministre des Finances. En fonction des propositions qui seront faites pour l’avenir de l’écotaxe, ou, au contraire, son abandon, Ségolène Royal et Frédéric Cuvillier prendront leur décision… Parallèlement, une commission d’enquête sur le contrat avec Ecomouv’, société chargée de la collecte de cette taxe, est menée au Sénat.

 

Une réflexion au sujet de « Royal – Cuvillier : le duo sera-t-il efficace pour les transports ? »

  1. segault

    pour coi taxe autan ,regarder autour de vous toutes les société de transport qui on ferme avec le transport des pays de l’est qui eux on le droit de traverse la France dans tous les sens .et nous qui somme dans notre pays on peux faire une ramasse que dans le sens du retour,avent on pouvait faire un détour pour ramasser un client et qui permettais aux sociétés de rentrée un peux de chiffre.
    si toute fois on trouvais une solution pour envoyer le plus possible les camion sur l’autoroute il y aurais moins de pollution a condition que l’autoroute joue le jeux sur leurs prix plus de flexibilité pour le transport français.
    qu’alors vous parler de la pollution,et que maintenant les camion sons équipé d’un système anti- pollution dit adblue. moi qui est chauffeur routier depuis 25 ans j’ai du mal aussi a vous comprendre.
    tous se que je peux vous dire c’est a force de taxe les sociétés il ne sens sorte plus dont plus de chiffre d’affaire,et donc on doit rouler sur les nationales ou sinon avec le prix du gazoil + le prix de l’auto route voila le pourquoi des fermeture des sociétés.et cela pour tous les sociétés car il faux pas oublier que sans les fabrique de matières 1er on n’ai rien du tous.
    moins de charge et plus le français dépense sons argent et plus de commande pas dur a comprendre je croie .cordialement MR SEGAULT CHRISTIAN

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *