Taxi : un métier en voie de disparition ?

12 commentaires

taxiLa guerre entre taxis et VTC (Véhicules de Tourisme avec Chauffeur) fait rage, encore et toujours : lundi 10 février dernier, des centaines de chauffeurs de taxis ont manifesté leur colère en bloquant les plateformes aéroportuaires et, par ricochet, des dizaines et des dizaines de kilomètres de routes. L’objet de leur colère ? Ceux qu’ils taxent de « concurrence déloyale », c’est-à-dire les chauffeurs de véhicules avec Chauffeurs, ces fameuses VTC dont on entend de plus en plus parler…. Et qui rencontrent, auprès des usagers, un succès fou.

 

Ceci explique d’ailleurs cela : de plus en plus, ils sont nombreux, sur Internet notamment, à faire l’apologie de ce nouveau système de transport pour les particuliers, qui, selon certains, « change la vie » : selon Dynvibe, spécialiste de la « veille digitale » qui a étudié plus de 20.000 posts et commentaires publiés sur les réseaux sociaux ces trois derniers mois, les VTC font l’unanimité, en particulier auprès des jeunes usagers…. Alors que les taxis sont considérés comme « sales », « inconfortables », les chauffeurs comme des « voleurs » et des « malpolis ». Oups !

 

manifestation« Les personnes qui ont utilisé un Véhicule de Tourisme avec Chauffeur sont très sévères vis-à-vis des taxis », analyse Anne-Cécile Guillemot, responsable des études internationales chez Dynvibe. « Certaines disent qu’elles préfèrent encore prendre les transports en commun ! ». Pour vérifier, nous sommes allés nous même nous promener sur les forums consacrés aux taxis… édifiant : « Je ne les prends plus, j’ai mal au cœur à chaque fois », explique une internaute. « Radio hurlante, chauffeur désagréable, sièges sales et odeurs très limites, le type de connaît pas ses itinéraires et cumule les boulettes… mais je n’ai pas intérêt à protester, ce serait encore de ma faute », décrit un usager régulier au bord de la crise de nerfs.

 

blocageL’analyse est facile : ils ont le monopole, ce qui peut expliquer certains comportements… et quand ce monopole est remis en cause, cela plonge les taxis dans un tel état d’angoisse qu’ils en deviennent agressifs, pourvu qu’on leur parle de moto taxi ou de VTC. Ainsi, nous avons-nous même fait le test : Gare du Nord, vendredi dernier, nous embraquons à bord d’une voiture de taxi. A bord, une femme, qui fait la moue lorsque nous lui indiquons notre destination, dans l’est parisien… pas très loin, donc. Quelques euros au compteur, et nous tentons d’engager la conversation sur les VTC : « Je vous arrête tout de suite, soit vous la bouclez sur le sujet, soit vous descendez de ma voiture illico presto, ça me met trop les nerfs », nous assène-t-elle… en allumant une cigarette !!! « On ne peut pas nier qu’il puisse y avoir ponctuellement telle ou telle difficulté », nous répond au téléphone l’un des porte-parole d’un important syndicat de taxis parisiens, à qui nous rapportons l’histoire. « Mais ayez bien en tête qu’aujourd’hui, les Voitures de Tourisme avec Chauffeur, ce sont 60% d’anciens taxis. Vous pensez que d’un seul coup, miraculeusement, ils seraient devenus plus beaux, meilleurs, plus forts, plus agréables ??? »

 

chauffeursSauf que c’est le serpent qui se mord la queue : plus ils sont désagréables, ces chauffeurs de taxis, plus ils font le jeu de leurs ennemis de la VTC. « Pour de nombreux internautes, le comportement des taxis est la première raison du succès des VTC », estime Anne-Cécile Guillemot. « Si les taxis parisiens proposaient un service identique à celui des VTC, ils ne seraient pas mal-aimés». Quels services, alors, pour faire une telle différence ? Cette fois ci, nous décidons de tester la VTC. Pour que la comparaison soit plus juste, nous nous rendons Gare du Nord, à la même heure que le vendredi où nous avions expérimenté la grincheuse madame dans son taxi, commandons une voiture avec chauffeur sur notre smartphone, et demandons au chauffeur quand il arrive (à l’heure) de nous emmener au même endroit que précédemment, dans l’est de Pantin. Il est souriant, poli, descend de voiture pour nous ouvrir la portière, ne tique pas quand il comprend que la course ne sera pas très conséquente, nous propose un chargeur de téléphone, une bouteille d’eau, nous demande notre station de radio favorite et la met aussitôt… Le hic, par rapport au taxi : le chauffeur de VTC ne peut pas rouler dans les couloirs de bus, ce qui ralentit sacrément notre affaire… et la facture, à l’arrivée : 8 euros de plus que la course en taxi.
greveMalgré cette différence de prix importante (qui semble cependant relativement rare, à en croire les internautes), les sociétés de VTC (Uber, Le Cab, Chauffeur-Privé, Voitures jaunes, etc) ont le vent en poupe : leur chiffre d’affaires augmente chaque mois de 10 à 15%. Rien que dans la capitale, on compte aujourd’hui plus de 2000 VTC en circulation… c’est énorme ! Les syndicats de taxis (CFDT, CGT, FO, CST, FTI, SDCTP et STM) soutiennent donc en bloc, dans un communiqué, « toute action défendant la profession en tous lieux et à tous moments ». « On veut maintenir la pression et accompagner cette spontanéité d’actions, rien ne sera prémédité, les chauffeurs mèneront des opérations coups de poings et des blocages », explique ainsi Karim Asnoun (CGT). Leur principal grief ? Le coût de leur plaque, entre 50 000 et 400 000 euros, alors que pour les VTC le droit d’entrée n’est que de cent euros. Ou encore, la coûteuse formation imposée aux taxis et non aux chauffeurs de VTC, mais aussi le montant des charges, et avant tout, la menace de faire disparaître leur profession, purement et simplement.

 

plaque« Idée fausse sur idée fausse ! » rétorque Yann Hascoet, PDG et co-fondateur de chauffeur-prive.com. « Nous formons tous nos chauffeurs, pour une question évidente de sécurité et de satisfaction de notre clientèle. Nous payons bien plus de charges que les taxis, pour la simple raison que tous nos paiements se font en carte bleue, alors qu’une majorité de taxis imposent un paiement en espèces… Enfin, les droits d’entrée sont pour nous une dépense, alors que la plaque d’un taxi est un investissement. A sa retraite il la revendra à pris d’or et librement, ces plaques prennent chaque année de la valeur en raison de la pénurie. A Paris, leur valeur a doublé ces douze dernières années. Le chauffeur de VTC lui, n’aura rien à revendre à la fin de sa carrière ».

 

taxisAlors, certains entrepreneurs malins ont tout compris, et surfent sur les antagonismes pour mieux les réconcilier : « il faut reconnaître que trop nombreux sont les passagers qui, un jour ou l’autre, ont connu une déconvenue avec un chauffeur de taxi peu concerné par la notion de qualité de service », s’amuse Grégory Chaffrais, DG France de Taxibeat. « Ces passagers se sont donc tournés vers de nouveaux acteurs promettant une meilleure qualité de transport. Mais il existe fort heureusement de très bons chauffeurs de taxis dans notre capitale, malheureusement ces derniers ne font que pâtir du comportement de certains de leurs collègues ternissant l’image de la profession toute entière. Chez Taxibeat, nous tentons de résoudre ce problème qui dure depuis trop longtemps. La solution se trouve dans notre application smartphone qui permet aux passagers de choisir et non plus de subir leur chauffeur, et cela change tout ! ». Des chauffeurs « partenaires » représentent cette nouvelle génération de taxis qui ont compris que la qualité de service est le meilleur moyen de se différencier et de satisfaire leur clientèle. Après chaque course effectuée, ils se soumettent à l’avis et aux commentaires de leurs clients. Un bon chauffeur sera légitimement récompensé de ses efforts grâce aux notes récoltées, les moins bons auront moins de chances de voir leur profil sélectionné par d’autres utilisateurs. Il fallait simplement y penser.

 

12 réflexions au sujet de « Taxi : un métier en voie de disparition ? »

    1. Lea Dupuis

      Personnellement, j’utilise très souvent les vtc et je suis hyper contente du service. C’est vrai qu’à Paris on a souvnet des mauvaises surprises avec les taxis mais la je prends souvent Allocab et c’est bien. Je réserve en 5 minutes sur le site

      Répondre
  1. Qmp Quentin via Facebook

    Moi j’aime bien les taxi qui pleurent que c’est dur pour eux et qui une bonne partie se paye des merco a 100000 euro pour exercer et font payer 50 euro pour faire 10km c’est vrai il sont a plaindre.

    Répondre
  2. Taxi fan

    C’est plutôt une chance, l’arrivée des VTC. Certes, il faut réguler et encadrer la profession, mais cela donne la chance aux taxi de se moderniser, de se remettre en question. Au final, c’est le client qui sera vainqueur. Alors inutile de bloquer le pays pour l’arrivée d’une concurrence.

    Répondre
    1. Jeux de taxi

      Entièrement d’accord, les VTC sont une vrai chance, et surtout pour les usagers. La profession de taxi s’encroûte, et si aucun concurrent ne fait pas bouger les choses, ce sera pire d’ici quelques années…

      Répondre
  3. Transports du Sud

    On peut aujourd’hui voir que les taxis sont de plus en plus concurrencés. De plus, chaque personne possède déjà un voiture et ne voit plus d’importance sur les taxis!

    Répondre
  4. Steeve

    Je suis pas d’accord, les taxis dans les grandes villes sont selon moi indispensables. Certes, beaucoup ont leurs véhicules, d’autres utilisent les transports en communs. Mais beaucoup aiment prendre leur taxis. C’est indispensable . C’est comme ci je vous disais une ville sans église.
    Après je suis d’accord avec vous que les taxis sont concurrencés entre eux, les taxis-motos et les vélos…

    Répondre
  5. Mathilde Leroy

    QUAND LE CAB VOUS FAIT PERDRE UN EMPLOI :

    J’ai commandé un cab 24h avant la course, afin de prendre un train dans une gare parisienne, en vue du 3e tour d’un entretien d’embauche à l’étranger. 10 min avant l’heure du RDV, je reçois un texto « votre course a été annulée ».
    Aucune solution ne m’est proposée. Je rappelle le cab en catastrophe pour comprendre pourquoi ma course a été annulée sans raison et pour demander l’envoi d’un autre cab le plus rapidement possible (j’habite à l’extérieur de Paris). Un chauffeur arrive avec 20 min de retard par rapport à l’heure du RDV… Et je rate mon train.
    Je suis donc obligé de repayer des billets de train et arrive avec 2h de retard à mon entretien d’embauche, dont l’issue est forcément compromise.

    Je demande au minimum le remboursement de ma course et de mes billets de train, pour faute grave de la part du cab. Le service clients me répond que seule ma course sera remboursée mais que mes billets de train ne seront pas pris en charge car « tout a été effectué correctement par les services du cab », dans la mesure où j’ai été prévenu de l’annulation de ma course avant l’heure du RDV (10 min avant). Cette situation insupportable me force à dénoncer l’ABSENCE TOTALE DE SERVICE du cab et même la DANGEROSITÉ de son utilisation lorsque l’enjeu du déplacement est important.

    Répondre
  6. Les-taxis.net

    Concernant les VTC, il est vrai que certains chauffeurs de taxis souffrent de la présence de VTC, qui sont en effet mieux vus par les clients. Peut etre une plus belle voiture ? Ou dautres services ? dans tous les cas, cela semble non justifiés pour grands nombres de chauffeurs de taxis, amoureux de leur métier et qui prennent soin de leur véhicule.
    Il ne fout pas oublié que c’est au cas par cas : ce n’est pas on est tombé une fois sur un chauffeur désagréable que tous les chauffeurs de taxis le sont !
    et pour les taxis, il ne faut pas oublier qu’ils ont une licence qui coute très cher (jusqu’à 400 000 euros pour la ville de Nice). Ceci dit, si les VTC marchent autant, c’est que peut etre il y a des choses à modifier du point de vue des taxis.

    Répondre
  7. Adanev

    Moi je pense que chaque protagoniste peut avoir sa propre part du marché. Quant à la qualité du service, je suis d’accord avec vous. Il ne faut pas généraliser, car il y a des chauffeurs de taxi qui proposent une excellente qualité de service et des VTC qui peuvent avoir des failles.

    Répondre
  8. Jallet

    Bonjour

    Alors personnellement je suis président de l’association illico taxi 64 sur la région de pau nous avons choisi de passer au numérique pour concurrencer un peu tout ces vtc et uber! Il faut que les taxis s’adapte c’est bien beau les radios mais maintenant c’est obsolète!
    A l’heure du numérique il faut nous aussi proposer de la géolocalisation pour se démarquer.
    Nous utilisons maintenant depuis plus de 1 an l’application simply taxi elle gere: les appels, la geolocalisation, l’application clients, le planning et pour un prix bien moîns chere que certaines application disponible!
    Nos clients en sont satisfait.
    Apres dans notre région on est pas trop embêter encore par uber mais il y a quelques VTC donc nous avons pris les devant car ont est persuadés qu’ils ne vont ps tarder à débarquer chez nous!

    Répondre
  9. Gandil

    Je pense qu il faut remettre certaines pendules à l heure
    En particulier,le fait que les journalistes parisiens,pour la plupart riches comme Crésus,abhorrent les taxis
    De plus,comme l écrivait précédemment Mathilde,dès que vous sortez de Paris,vous n avez plus aucun Vtc,car non seulement ils ne connaisseant pas Paris,mais la banlieue,n en parlons pas
    Enfin,l horizon des Vtc me parait s obscurcir durablement,car d ici peu,ils vont devoir passer un examen comme les taxis,et non une formation bidon,que leur employeur leur fait payer
    Last but not least,croyez-vous qu un bac+5 a envie de devenir chauffeur de vtc
    Ce sont donc les mèmes types d individus qui deviennent taxis ou vtc,la différence étant que la formation est bien plus simple pour devenir vtc,et qu on peut devenir vtc sans rien connaitre de Paris
    Je ne souhaite pas parler des magouilles internes qui font que beaucoup de chauffeurs des entreprises de vtc sont parents de personnes ayant un niveau de responsabilités au sein de ces entreprises,c est le mème type d embrouilles qui ont coulé l activité du taxi à Paris,comme on dit,les chattes ne font pas des chiens
    En résumé,quelle est la différence entre un chauffeur de taxi ou un chauffeur de vtc?
    Dans le cas du chauffeur de taxi,le patron lui dit: »si tu ne payes pas,je te vire »
    Dans le cas du chauffeur de vtc,le patron lui dit: »si le client se plaint,je te vire »
    Vive la France

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *