Orient Express : voyage à bord du train le plus célèbre du monde

1 commentaire

orient_expressUne idée sympa pour un voyage de Saint-Valentin ! A condition d’avoir le budget, c’est l’un des moyens les plus sûrs de passer un moment inoubliable en amoureux… comme nombre de couples d’anthologie depuis presqu’un siècle et demi ! Car cela fait déjà 130 ans que l’Orient Express a été inauguré en grandes pompes, le 4 octobre 1883 très précisément (Il s’appelait à l’époque l’Express d’Orient, les deux mots ne seront inversés qu’en 1911). Malgré cela, le train le plus mythique du monde continue de faire fantasmer nos contemporains : une publicité de conte de fée pour Chanel numéro 5 y d’ailleurs fut récemment réalisée par Jean-Pierre Jeunet, avec Audrey Tautou en héroïne fugitive et mystérieuse, passionnée d’amour.

 

 

trainMais d’autres, avant la célèbre marque de haute couture, ont contribué à faire de ce train une pure légende : le roi Ferdinand de Bulgarie, l’écrivain russe Léon Tolstoï, l’actrice américaine Marlene Dietrich, le créateur des ballets russes Serge Diaghilev… mais aussi des aventuriers comme Lawrence d’Arabie, des espions comme Mata-Hari, de nombreux auteurs comme Joseph Kessel, Ernest Hemingway ou Agatha Christie, y ont traversé des paysages sans cesse renouvelés sur quelques milliers de kilomètres entre Paris et Constantinople, puis entre Paris et Istanbul. Plusieurs semaines de voyage à penser, réfléchir, rêver : certains ont trouvé là une source d’une inspiration sans limites. Lauren Bacall, Ingrid Bergman, Sean Connery et Anthony Perkins y ont aussi dormi. Un James Bond (Bons Baisers de Russie, 1963) y  fut même tourné.

 

wagonAprès avoir changé plusieurs fois de nom et de propriétaire, l’Orient Express a désormais laissé place à plusieurs formules. Le Pullman Orient Express, par exemple, dont la SNCF détient quelques voitures destinées à la location aux particuliers ou aux entreprises. Mais surtout, le Venise Simplon Orient Express, qui reste le train le plus fidèle à la formule historique : ce magnifique train de luxe propose encore des voyages sur tout ou partie de l’itinéraire initial de l’Orient Express : Venise, Prague, Budapest, Bucarest, Istanbul… avec un à deux départs hebdomadaires depuis Calais, Paris, Londres ou Bruxelles. Constitué de 18 voitures des années 1920 (dont 3 wagons-restaurants), rassemblées et restaurées entre 1977 et 1982, le Venise Simplon Orient Express est le « bébé » d’un milliardaire américain passionné par l’Orient Express, James Sherwood. Ce dernier ne put hélas jamais rebaptiser son train Orient Express, car l’appellation demeure la propriété de la SNCF.

 

salonMalgré ces diverses péripéties, le train qui relie l’Europe Occidentale à l’Orient fascine toujours autant. Comment expliquer son succès sans cesse renouvelé, alors qu’aujourd’hui l’avion ou les TGV coûtent bien moins cher et vont beaucoup plus vite ? (Un trajet en Venise Simplon Orient Express coûte 720 euros pour un Paris Londres, 2020 euros pour un Paris Venise et… 6920 euros pour un Paris Istanbul !). Malgré son coût exorbitant, ce monument des chemins de fer passe encore pour être le moyen le plus romantique, le plus luxueux, le plus raffiné, le plus snob aussi (!)… de voyager en train. C’est tout simplement cela, la définition d’un mythe. Rien de très rationnel… encore qu’une sacrée logistique soit indispensable pour permettre à la compagnie propriétaire de ne rien perdre du prestige des origines, et de continuer à faire du profit sur la légende !

 

maintenanceCar les wagons, classés, constituent les maillons d’un véritable palace sur rail, un musée roulant qui symbolise à la fois le charme et l’élégance. Le train est constitué de dix-huit voitures : douze dédiées aux cabines des voyageurs, deux pour le personnel, trois pour les restaurants gastronomiques, enfin une voiture bar et son piano. Les services de la locomotive sont loués dans chaque pays dans lequel passe le célébrissime train. Mais entretenir ce fabuleux héritage du passé a un coût : chaque année, de décembre à février, il faut fermer entièrement le Venise Simplon Orient Express  et le retirer de la circulation pour maintenance. Electriciens, chaudronniers, climatiseurs revoient alors de fond en comble les wagons bientôt centenaires. « Cela va de la vérification des portes à la mise en conformité électrique, et jusqu’au démontage complet des voiture », explique Jean-Marc Couderc, président du directoire d’ACCIM, la société attitrée jusqu’en 2026 pour les rénovations. « Sans oublier la restauration complète des aménagements intérieurs et des marqueteries, car c’est le point fort de la décoration de ce train mythique », complète-t-il.

 

decorationCar l’intérieur des trains restauré à l’identique, est une incarnation du plus pur style Art Nouveau : longs couloirs tapissés d’acajou, cabines richement décorées, marqueteries, panneaux en verre soufflé de René Lalique… Autant vous dire qu’il faut des armées d’hommes et de femmes de ménage pour entretenir toutes ces ornementations au jour le jour ! La clientèle, pour le prix qu’elle paye, est d’une extrême exigence : «Essentiellement des Anglais, et en deuxième position des Français !», explique Bruno Janssens, le «train manager» du Venise Simplon Orient Express. « Les Anglais ont la culture du train. Cela fait partie de leur patrimoine, de leur imaginaire, de leur façon de vivre et de leur culture littéraire », poursuit-il.

 

serveurD’ailleurs, pour travailler à bord, le personnel a l’obligation d’être trilingue anglais, français, et italien. En cuisine, on ne trouve quasiment que des Français (le chef français Christian Bodiguel est aux manettes), pour le service essentiellement des Italiens… Les stewards, eux, viennent de partout, de Floride comme de Russie : seuls la distinction, l’aisance et les compétences comptent. Petit détail qui dénote, de nos jours : le personnel est à 99% masculin ! « C’est une tradition, aussi loin que l’on remonte il n’y a jamais eu que des hommes pour officier  au service des clients de l’Orient Express », raconte Bruno Janssens. « C’est surtout  physiquement assez éprouvant. Pour faire les lits couchettes il faut beaucoup de force par exemple ». Pour être passager en revanche, pas de problème : qu’on soit homme ou femme tout le monde peut monter à bord… à une condition : avoir dans sa valise une tenue de soirée pour dîner, et ne jamais oublier que le jean et les baskets sont formellement interdits ! Accroc au portable ou à l’ordinateur, s’abstenir également : pas question de wifi, ou de branchement Internet à bord du train… Il faudra déconnecter… Mais n’est-ce pas le meilleur moyen pour un couple de se retrouver ?!

 

 

Une réflexion au sujet de « Orient Express : voyage à bord du train le plus célèbre du monde »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *