Transport routier de marchandises : le niveau d’emploi d’avant 2008 est retrouvé !

Laisser un commentaire

Initié il y a maintenant 25 ans à la demande des syndicats du patronat comme des salariés du transport de marchandises par la route, le bilan social annuel est devenu un indicateur de référence en matière de statistiques sur l’emploi et l’activité du secteur. Or, le rapport 2018, tout juste publié, est porteur d’excellentes nouvelles : il montre en effet à quel point les transporteurs français ont su rebondir efficacement depuis deux ans, pour réussir finalement à retrouver leur niveau d’avant la grande crise économique de 2008. Depuis 2016, les embauches sont en croissance permanente avec une hausse moyenne de 3% par an de la masse salariale dans le secteur du TRM, ce qui porte à près de 400 000 le nombre de travailleurs bénéficiant d’un poste transport, fret ou logistique, sur le territoire national. Un chiffre inégalé depuis 2007, juste avant la grande dégringolade de la croissance, de l’activité et de l’emploi en France.

 

« Enfin ! », se réjouit l’Union des Entreprises Transport et Logistique de France (TLF). « Et aussi bien le transport routier de fret de proximité que le transport interurbain sont concernés par cette belle réussite. Et le pouvoir d’achat de nos salariés a augmenté dans les mêmes proportions puisqu’ils sont amenés à faire de plus en plus d’heures supplémentaires, malgré les embauches, pour pouvoir faire face à la demande : nous n’avons pas assez de personnel pour répondre à tous les besoins de nos clients… les carnets de commandes sont pleins, en particulier pour tout ce qui concerne les courtes distances ». Résultat : en un an, les chiffres du recours à l’intérim ont littéralement bondi, avec une hausse de près de 8.5% en un an, soit quasiment 23 000 intérimaires supplémentaires en ETP (équivalent temps plein). « C’est le niveau de recours à l’emploi non permanent le plus important depuis la crise de 2008, jamais nous n’avions fait travailler autant de monde depuis 10 ans : le bilan social annuel montre que désormais, l’intérim représente plus de 5% des effectifs de la profession, avec un boom des chiffres particulièrement important pour la messagerie express dédiée au dernier kilomètre ».

 

Selon le SDES (Service de la Donnée et des Etudes Statistiques) du ministère de la Transition Ecologique, qui publie chaque année ce bilan social annuel, jamais autant de titres professionnels donnant accès au métier de chauffeur poids lourd n’ont été délivrés : pas moins de 500 000 formations enregistrées pour la dernière année étudiée. « Il y a deux ans, le  transport routier de marchandises français a connu sa première vraie reprise après une longue période de chute de l’activité : en 2016, donc, pour la première fois, on a enregistré une reprise avec une hausse d’1.5% du nombre de tonnes-kilomètres. Et toutes les branches d’activité du TRM suivent cette même courbe : elle grimpe pour le transport par camion pour compte propre, elle grimpe pour la sous-traitance, elle grimpe pour le fret élargi, elle grimpe pour les marges des entreprises tricolores du secteur, elle grimpe pour la création d’entreprises et donc, logiquement, elle grimpe pour l’emploi », analyse ainsi la DGITM, la Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer. « Deux courbes sont à la baisse, mais c’est encore une bonne nouvelle : celle du nombre d’entreprises défaillantes, et celle des prix du carburant ! Donc que du bonus »

 

Au niveau du secteur logistique, même si la croissance est moins forte que pour le transport de marchandises par la route, l’emploi salarié a aussi augmenté ces dernières années : les effectifs des personnels dédiés à l’entreposage ont gagné près de 2 points par rapport au bilan social annuel précédent. C’est le transport de proximité qui remporte la palme, avec 4% de plus que l’année précédente, soit environ 6000 nouveaux emplois créés : une croissance de l’activité exponentielle et qui monte toujours aussi régulièrement, d’année en année, sans jamais aucun creux, depuis plus de 10 ans. Bien aussi, le chiffre du transport régional : l’emploi a augmenté de 2.9% sur la dernière année étudiée, ce qui représente un peu plus de 5000 emplois créés pour le transport interurbain.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *